Comment caler son accord

Plus d'informations
il y a 9 ans 7 mois #2159 par xavier91
Réponse de xavier91 sur le sujet Comment caler son accord
Bonjour, c'est effectivement ce que je ressens, en tant qu'amateur.

Il y a trois ans, quand j'ai accordé mon Pleyel (les cordes étaient complètement détendues suite à une intervention grave*), j'ai fait une première passe pour tout remonter au diapason moins un demi-ton. Quelques jours plus tard, j'ai tenté un accord précis au diapason. En fait, chaque note me paraissait bien accordée. Le résultat fut très décevant : l'ensemble était bien laid. Pourquoi? Sûrement au moins deux raisons:
mon accord n'était pas calé;
je ne frappais pas assez fort au moment de l'accord.


* Quand mon accordeur s'est aperçu qu'il manquait une des deux cales de barrage (entre le cadre et le barrage, dans le piano, derrière la mécanique), il a tout détendu pour pouvoir insérer la cale manquante. La cale insérée, il m'a proposé de tout retendre doucement, comme un grand.

Pianiste amateur - trois demis Erard 1894, 1897 et Pleyel 1931

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 9 ans 7 mois #2164 par adb09
Réponse de adb09 sur le sujet Comment caler son accord
Bonjour Fabrice
Merci pour ta réponse claire.
Il s'agit donc bien d'une vraie torsion de la cheville, accompagnée naturellement par une flexion donnée par la traction de la corde.
Cordialement Alain

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 9 ans 6 mois #2283 par Anon
Réponse de Anon sur le sujet Comment caler son accord

accordeur écrit: pour caler et avant de caler il faut dabord savoir d ou l on vien
on ne cale pas de la meme maniere une corde qui est presque juste et une corde que l on a remonte

Tout a fait exact, il y ale métal qui réagit et se restabilise après avoir été tordu.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 9 ans 6 mois #2284 par Anon
Réponse de Anon sur le sujet Comment caler son accord
J'ai écrit qu'il vaut mieux bouger le moins possible et Accordeur a répondu que ça dépend d'ou on vient, et il a raison !

De plus si on monte assez franchement on va pouvoir "charger" la cheville plus, (la laisser dans une position sous contrainte qui part de plus bas dans le sommier) elle "rigidifie" et le calage devient excellent

L'idée est alors de descendre UN PEU (le moins possible) avant de tendre pour d'une part dégripper les coudes de la corde, d'autre part partir dune cheville complètement déchargée (détendue)


Le gros problème que vous avez avec vos pianos anciens c'est que la glisse des cordes est assez limitée (ça aide d'ailleurs a ce que les pianos se désaccordent moins)

Donc on me de la torsion sur la cheville, la corde se tend, mais le son ne bouge pas, parce que c'est seulement le sous diapasonnement qui se tend.
Puis crac la corde vient d'un coup et se retrouve trop haut.
Quand on essaye de la redescendre elle fait la même chose, ne bouge pas puis se détend de trop (en fiat la corde essaye de se remettre la ou elle est restée coudée pendant des années, c'est humain, faut la comprendre.

Ca arrive aussi parfois avec des pianos assez récents , mais des cordes plus neuves et des accords réguliers facilitent l'accord.

Sur les pianos droits en général ça vient assez bien le brin de cordes est très court, mais si la barre de pression est marquée, les cordes rouillées, il y atout de même trop de friction pour que l'accord soit facile.


Pour accorder il faut se débrouiller pour travailler la justesse avec le système en tension et libre, de façon a pouvoir vérifier le bon calage en poussant LEGEREMENT sur la clé dans les 2 sens et en vérifiant que la position médiane correspond a la justesse.

vriller la cheville n'est pas la même chose que la tordre , il faut impérativement rester dans le plan de rotation, sinon votre sommier ne va pas faire long feu.
En revanche la corde avec ses 70 Kg tire suffisamment sur la cheville pour la tordre quelque peu, au moins la maintenir dans sa position vrillée (dans le sommier surtout)

si on essaye de pousser sur la clé avec un doigt pour tourner le cheville vers le bas(direction "moins haut" elle doit être comme coincée.

Après tout ça , des années d'entrainement sur des pianos variés. Apprendre sur un seul piano ne marche pas vraiment...

La clé d'accord est une sorte de stéthoscope qui permet de sentir les mouvement des chevilles, et cordes l'oreille repère les mouvement de corde, la mise en phase des doublets, la projection du son, le doigt repère l'énergie sonore. la main qui tient la clé sent aussi l'énergie des unissons.

Une note staccato extra fort, secoue tout le système et génère déjà une sorte de calage, mais si celui ci n'est pas fiat activement avec la clé d'accord c'est en général insuffisant, d'autres coups forts vont continuer de descendre la note.
On joue relativement doucement pour accorder (pour mieux entendre et pas devenir sourd !) et on frappe fort pour faire bouger le système.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 9 ans 6 mois #2285 par Anon
Réponse de Anon sur le sujet Comment caler son accord

fabrice écrit: je ne suis pas pro, je rappelle, mais je commence à comprendre le calage. Pas pour autant facile à expliquer.
Que les pros me corrigent si j'écris des conneries.

E
pour expliquer, je prend toujours l'exemple suivant.
Tu tiens fermement ton index droit dans ta main gauche. Tu essaies de tourner l'index, et tu vois effectivement qu'avec la flexion de nos articulation, il tourne sans bouger la dernière phalange, maintenant imagine qu'une corde tire sur ton pouce... le sommier étant bien sûr la main gauche, et la cheville ton index droit.

bref, voila, quand tu tournes la cheville, avec la tension de la corde elle va vouloir se tourner dans l'autre sens évidemment, jusqu'a ce qu'elle se coince à nouveau.
Au premier abord, on pourrait penser que toute rotation de cheville s'arrête instantanément des qu'on arrête de tourner, mais non, en fait, la cheville peut rester coincée et tourner par petits a coups.
La technique de base étant déjà d'accorder un poil plus haut, et en forçant à se "plier" vers le sens de la corde, elle va à la fois naturellement se caler et détendre la corde évidemment pour se retrouver à la bonne justesse.
Evidemment il faut savoir anticiper le poil plus haut pour retomber sur le bon accordage lors de ce calage.

bonnes explications mais tu oublie le coup bien marqué sur la note pour que les tensions s'équilibrent entre les parties des cordes, la note jouée extra staccato mais bien fort secoue tout le système et permet a la note de monter (on l'emploie surtout pour faire équilibrer la tension entre la partie sonore, plus tendue que le sous diapasonnement quand on est en train de descendre , mais ce coup de foute permet aussi de monter la note si la corde est grippée)
Je pense que les débutants ont peur de jouer fort et espèrent que la corde va rester la ou elle est.

On a intérêt a être au dessus, quand on cale la cheville la corde juste en dessous se retrouve moins tendue que la partie sonore, si c'est trop haut un poil le coup marqué va mettre la corde a la justesse voulue et équilibrer les tensions.

On pourra aussi descendre un peu une note poil haute en martelant la note (cheville déja calée) , mais extra staccato pour ne pas faire souffrir la mécanique et la corde (pas trop sur piano ancien, ça marche bien avec des cordes pas trop vieilles !)

Un piano accordé souvent peut être repris en accord sans devoir détendre, juste en ajoutant de la tension par touts petits incréments. C'est l'habitude que j'ai pris a force de travailler sur des pianos plus ou moins justes au départ (concert). A partir d'un piano qui serait même 1 battements (Hz) en dessous il faut déjà détendre puis remonter, si on veut avoir la stabilité immédiatement. " . Quand on monte par petits a coups il faut auparavant avoir tendu a l'extrême tout le système de façon avoir une bonne glisse, on travaille alors avec la cheville vrillée au max dans le mauvais sens. Le problème est qu'on n'a pas eu l'information de combien il faut la dé vriller pour que le métal stabilise.

Le débutant doit absolument apprendre a sentir la cheville tourner dans son plan de rotation, afin par la suite de pouvoir évaluer la pression dur la cheville et l'utiliser, on emploie le "ressort" de la cheville qui compense celui de la corde, c'est la le calage, plus ou moins profond dans le sommier selon le piano et le coup de clé de l'accordeur. )

Il ne faut surtout pas tordre la cheville donc TOUJOURS UN APPUI , coude ou avant bras pour avoir un point de référence quand on vrille ou tourne la cheville.

Ne pas SECOUER LA CLÉ C'EST TRÈS MAUVAIS POUR LE SOMMIER IL FAUT ÊTRE TRÈS EXPÉRIMENTÉ POUR ARRIVER A ACCORDER AINSI SANS RIEN ABIMER;

Mouvement de base pour apprendre : détendre la cheville (si ça tourne un peu en bas de la cheville pas grave mais le moins possible, 1° est déjà très bien mais même juste dé vriller la cheville suffit, si le piano a une bonne tenue, mais bouger la base améliore la tenue, à mon avis (voir plus bas).

Mettre de la torsion sur la cheville DANS LE PLAN DE ROTATION , TOUT EN JOUANT LA NOTE DE FAÇON RÉPÉTÉE (pour l"énergie, pas tellement pour écouter)

A Jouter de la torsion de plus en plus jusqu'à' a ce que vous sentiez la cheville bouger (on entend un petit "crac" en général, sinon, on le sent dans le manche de la clé)

Se souvenir de combien il a fallu vriller la cheville au delà de la justesse recherchée, et la dé vriller d'autant , PLUS UN POIL. La clé peut facilement avoir bougé de 10 minutes savant que la cheville bouge réellement.

Quand on relâche la clé, la cheville tend a se redresser, la note remonte (très très peu)

Certains accordeurs expérimentés font vibrer le manche de la cheville pour éviter de devoir détordre puis retordre la cheville, et aussi pour réussir a bouger la cheville le moins possible, mouvement possible si on maitrise la clé on le fait en allégeant la pression sur le "lit" de la cheville dans le sommier, la partie ou la friction de la cheville porte le plus, cette partie du sommier est a préserver absolument, il ne faut jamais tourner la cheville beaucoup en sens inverse. Un accordeur gaucher abimera peut être moins le sommier d'un piano droit, car il libère la cheville de son logement quand il tend la corde.

Vous pouvez sur un piano droit mettre la clé vers la gauche pour monter, la pression porte alors sur le haut du logement et la cheville se libère immédiatement. Mais pour caler , repasser la clé en position verticale

Idem pour un piano à queue, tenir la clé vers 14:00 libère la cheville pour monter la note, repasser la clé dans le sens de la corde pour caler, meilleures sensations et la clé vrille moins la cheville, tenir la clé a 15:00 génère le vrillage maxi de la cheville, j'emploie cette position avec les chevilles très dures et quand les cordes glissent mal.

Bref plus la clé est dans la direction de la corde, moins elle vrillera la cheville, mais on a besoin de vriller beaucoup la cheville si la corde vient mal ça permet de monter la tension dans le sous diapasonnement sans tourner la cheville, et donc de libérer le systême plus facilement.


Les coups marcato, ou staccato joués FFF doivent être très mesurés pour ne rien casser, mais ils sont indispensables la plupart du temps.

Il faut aussi apprendre a répéter les note suffisamment, le son utile pour accorder est l'attaque (bruit) sa stabilisation (début du son) et le son plein et épais qui ne dure pas bien longtemps.

Il faut aussi travailler le système pendant que l'énergie est encore assez haute, un accordeur expérimenté arrive a accorder les unissons dès l'attaque, sans même écouter, juste en gérant l'énergie.
Donc jouer 2 a 3 fois par seconde la note (plus dans le suraigu) avec un doigt ferme mais mF . De plus l'oreille fatigue moins de cette répétition que des attaques espacées, qui déclenchent a chaqe fois un phénomène de défense de l oreille, qui se referme (physiquement) par anticipation.

Accordez les unissons avec des boules quies a moitié enfoncées (mousses) vous entendrez mieux (basses/mediums/début des aigus) et comprendrez facilement ce qu'est l'énergie des cordes (les fréquences graves) . les partiels du piano sont inharmoniques et génèrent des battements qui sont souvent irréguliers (accélèrent puis ralentissent) très perturbant, on peut pour mieux entendre (et moins fatiguer) jouer systématiquement une note de l'intervalle puis l'autre immédiatement (pas simultané). les battements sont mieux perçus ainsi.

Ya plus KA !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 9 ans 6 mois #2286 par Fabrice GOSSART
Réponse de Fabrice GOSSART sur le sujet Comment caler son accord

Ma que ! écrit:

fabrice écrit: je ne suis pas pro, je rappelle, mais je commence à comprendre le calage. Pas pour autant facile à expliquer.
Que les pros me corrigent si j'écris des conneries.

E
pour expliquer, je prend toujours l'exemple suivant.
Tu tiens fermement ton index droit dans ta main gauche. Tu essaies de tourner l'index, et tu vois effectivement qu'avec la flexion de nos articulation, il tourne sans bouger la derniere phalange, maintenant imagine qu'une corde tire sur ton pouce... le sommier étant bien sûr la main gauche, et la cheville ton index droit.

bref, voila, quand tu tournes la cheville, avec la tension de la corde elle va vouloir se tourner dans l'autre sens évidemment, jusqu'a ce qu'elle se coince à nouveau.
Au premier abord, on pourrait penser que toute rotation de cheville s'arrête instantanément des qu'on arrête de tourner, mais non, en fait, la cheville peut rester coincée et tourner par petits a ccoups.
La technique de base étant déjà d'accorder un poil plus haut, et en forçant à se "plier" vers le sens de la corde, elle va à la fois naturellement se caler et détendre la corde évidemment pour se retrouver à la bonne justesse.
Evidemment il faut savoir anticiper le poil plus haut pour retomber sur le bon accordage lors de ce calage.

bonnes explications mais tu oublie le coup bien marqué sur la note pour que les tensions s'équilibrent entre les parties des cordes, la note jouée extra stacatto mais bien fort secoue tout le système et permet a la note de monter (autant que descendre) Je pense que les débutants ont peur de jouer fort et espèrent que la corde va rester la ou elle est.

On a intérêt a être au dessus, quand on cale la cheville la corde juste en dessous se retrouve moins tenue que la partie sonore, si c'est trop haut un poil on pourra descendre un peu en martelant la note , mais extra staccato pour ne pas faire souffrir la mécanique et la corde)

Un piano accordé souvent peut être repris en accord sans devoir détendre, juste en ajoutant de la tension par touts petits incréments. C'est l'habitude que j'ai pris a force de travailler sur des pianos plus ou moins justes au départ (concert). A partir d'un piano qui serait même 1 battements (Hz) en dessous il faut déjà détendre puis remonter, si on veut avoir la stabilité immédiatement. " . QUand on monte par petits a coups il faut auparavant avoir tendu a l'extrême tout le système de façon avoir une bonne glisse, on travaille alors avec la cheville vrillée au max dans le mauvais sens. Le problème est quon n'a pas eu l'information de combien il faut la dé vriller pour que le métal stabilise.

Les coups marcato, ou staccato joués FFF doivent être très mesurés pour ne rien casser, mais ils sont indispensables la plupart du temps.

Il faut aussi apprendre a répéter les note suffisamment, le son utile pour accorder est l'attaque (bruit) sa stabilisation (début du son) et le son plein et épais qui ne dure pas bien longtemps.
Il faut travailler le système pendant que l'énergie est encore assez haute, un accordeur expérimenté arrive a accorder dès l'attaque, sans même écouter. Donc jouer 2 a 3 fois par seconde la note (plus dans le suraigu) avec un doigt ferme mais mF . De plus l'oreille fatigue moins de cette répétition que des attaques espacées, qui déclenchent a chaqe fois un phénomène de défense de l oreille, qui se referme (physiquement) par anticipation.

Accordez les unissons avec des boules quies a moitié enfoncées (mousses) vous entendrez mieux (basses/mediums/début des aigus) et comprendrez facilement ce qu'est l'énergie des cordes (les fréquences graves) . les partiels du piano sont inharmoniques et génèrent des battements qui sont souvent irréguliers (accélèrent puis ralentissent) très perturbant, on peut pour mieux entendre (et moins fatiguer) jouer systématiquement une note de l'intervalle puis l'autre immédiatement (pas simultané). les battements sont mieux perçus ainsi.

Ya plus KA !







de a ne rien casser...

Tres bonne explication, et merci pour ton avis sur moi. Je ne suis pas du tout pro, mais j'aime entendre que j'ai compris et epliqué au moins quelque chose d'utile.


je vais essayer le staccato FFF, j'avoue que je ne le fais pas du tout, et l'accordeur qui m'a vendu mon piano non plus.
Peut etre chacun a sa méthode.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.249 secondes
Propulsé par Kunena