Comment caler son accord

Plus d'informations
il y a 8 ans 2 mois #2287 par Ma que !
Ma que ! a répondu au sujet : Comment caler son accord
Oui tes explications sont bonnes ala base, mais c'est tellement complexe et on l'expliquait très mal il y a encore pas si longtemps (et même encore actuellement, certains ignorent complètement l'aspcet tension/torsion/ réaction du métal, comme pour les mécaniques qui sont souvent envisagées comme étant parfaitement rigides.

Les anglo saxons disent "test blow" , c'est dur pour les oreilles si on fait marcato, moins si on joue hyper sacatto. C'est le genre de choses que j'évite, mais qui est nécessaire malgré tout. (pas sur un piano accordé très souvent et qui est déja "en charge".

EN fait sur des pianos de concert, accordés tous les jours on n'emploie ça que si une corde ne veut pas bouger (ou par précaution). J'ai pendant des années accordé sans les employer, ou le moins possible, en me fiant juste a la qualité du ressenti dans la clé, mais c'est moins sur malgré tout.

ça envoie un coup de fouet dans la corde, tout le système s'énergise, les tensions s'équilibrent dans la corde, si la cheville n'est pas assez calée ça redescend.

Ca génère en fait un calage, mais pas très profond dans le sommier, quand un pianiste joue , sur un piano en bon état mais pas calé a fond les chevilles finissent par se caler, en revanche comme l'accord n'est pas bon a ce moment, il n'y a pas de stabilité acoustique je pense que du coup ça continue de bouger mais ce n'est probablement pas du a la cheville.

J'ai fait des accords sans caler et en laissant tout le calage se faire par le pianiste, en laissant les chevilles en position juste dévrillées (neutre) je retrouvais le piano avec les chevilles plus fermes après quil ait servi.

Un piano bien calé aura les cheville physiquement plus rigides, ça se sent dans la clé, j'ai comparé il y a peu. Je pense que la torsion de la cheville, contrée par la corde , rend le tout plus rigide. il est même difficile de tourner la cheville vers le haut en ce cas c'est un véritable "noeud". La différence entre les accordeurs tient bcp au calage, on peut caler aminima ou plus en profondeur.

L'aspect TRES intéressant de caler en profondeur est que ça rend le son plus pur et le piano plus sonore, les vibrations des cordes se retransmettent plus au sommier, et donc au reste du piano, c'est TRES audible.

Je pense que c'est pour ça les pianos justes "pincés (quand on amis des cordes neuves et qu'on tend le piano en vitesse ) sont très sonores, les chevilles sont très vrillées au fond (mais dans le mauvais sens) .







Quand on fait des accords sur des pianos anciens on a peut de casser une corde, et aussi que pas assez calé la note redescende. EN fiat il faut essayer avec ces coups staccato jusqu'à' a ce que ça tienne. ça va aussi faire bouger la cheville - ils servent aussi a faire descendre une note un poil haut, mais la c'est plus brutal il faut envoyer plus d'énergie que ce que ferait un pianiste qui joue fort..

Une grande expérience de l accord permet de sentir jusqu'où on peut aller niveau force, je ne casse pas de cordes en faisant ça , évidemment sur des cordes anciennes j'y vais mollo !

l'idée c'est d'envoyer une onde de choc pour libérer le système.


Autre chose : si sur ton piano le sommier est "mou" (sensations spongieuses quand la cheville tourne, difficulté a la faire s'agripper vrillée dans le sommier, la cheville "glisse" dun coup au calage ) Toujours "décharger" (dé vriller, faire bouger un poil) la cheville en sens inverse puis recommencer .

Reprendre le processus de "charge" de la cheville depuis le début finit par améliorer le grip dans le sommier, plus que si on reste coté tendu et on essaye de caler en remettant juste un peu de tension.

Je pense que c'est parce qu on contrarie la fibre du bois dans le sommier, on la repousse dans un sens puis dans l'autre et la tenue s'améliore (parfois au bout de 3 fois ou plus).

Mais bien sur Toujours en faisant attention a ne pas forcer sur le logement de la cheville, don tourner pour descendre en restant bien dans le plan de rotation. On pourrait essayer de libérer un peu la cheville du logement en poussant (ou en levant) un peu sur la clé, pour redescendre mais pour je ne sais quelle raison ce me semble inefficace niveau tenue, il me semble qu'il faut que la cheville agisse sur le sommier lorsqu'on la "décharge" pour que le calage puisse se faire.

J'AI OUBLIE DE LE DIRE MAIS ON NE TOURNE LA CHEVILLE QUE DE CE QUI EST NÉCESSAIRE POUR POUVOIR LA "CHARGER" LORS DU CALAGE ; LORSQU'ON REDESCEND ET QU' ON VRILLE LA CHEVILLE, SI ELLE "GLISSE" IL FAUT RECOMMENCER DEPUIS LE DÉBUT (décharger, remonter, caler)

ON N'ACCORDE PAS EN DESCENDANT, MAIS EN MONTANT. (descendre un piano de diapason est assez difficile les réactions s'inversent)


Quand on retend un piano très détendu, le chevalet tend a basculer ce qui n'est pas très bon pour la table , qui s'infléchit.

J'ai pris l'habitude de masser légèrement les cordes (partie sonore) pendant une remise au diapason, pour essayer de renvoyer rapidement de la tension derrière le chevalet, et limiter ce mouvement de bascule. Une table infléchie en S aura la pression des cordes qui s'applique a l'arrière du chevalet , le son devient dur et peu focalisé (comme lorsqu'on abaisse le cadre pour remettre de la charge lors dune remise en cordes)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 8 ans 2 mois #2288 par fabrice
fabrice a répondu au sujet : Comment caler son accord
tout est dit !
mais est ce que tout le monde en sait autant ? je parle des professionnels . Ou est ce qu'il faut de longues années de pratique.

Sinon, c'est vrai qu'on ne dévisse pas la cheville, çà me semblait évident mais je l'ai pas dit.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.276 secondes
Propulsé par Kunena